En tant que membres de cette grande famille qu’est l’Humanité, que nous le voulions ou pas, nous sommes tous d’une façon plus ou moins consciente, touchés par les angoisses existentielles, inhérentes à la condition humaine.

Et plus les collectifs sont englués dans les angoisses, plus l'être humain en subit les conséquences, bien souvent à son insu. Abordées sous l’angle de vue de la Philosophie du Reiki, nous pouvons  regarder ces angoisses avec un nouveau regard, pour les voir presque comme des alliées, une fois transcendées.

Ces angoisses sont au nombre de cinq :

Compte tenu de l’état actuel de la Conscience collective, ces angoisses alourdissent l’Energie vitale des êtres vivants et forment une espèce de halo parasitant, empêchant chaque un de donner le meilleur de Soi.

A l'heure de l’ère du verseau, un changement de perspective commence à émerger : il est grand temps que nous offrions à nos jeunes une vision du monde plus optimiste, et surtout plus consciente du Sens de la vie ; une vision qui donne accès à d’autres vibrations de Sérénité et d’Harmonie intérieure pour l’être humain, face à ces thèmes existentiels majeurs.

La Solitude

 

L’être humain est potentiellement seul face à sa vie, face à ses souffrances, et face à ces grands thèmes existentiels, qui viennent l'impacter.

Un des moyens de vivre sa condition humaine autrement que dans la solitude intra-personnelle  est d’apprendre à se relier à son intériorité, en prenant soin du sensible en soi : de se rassembler dans son espace intérieur  en conscience de ses ressentis et de sa corporalité.

C’est ce que l’initiation au Reiki et les auto-séances en canalisation énergétique nous permettent de vivre, progressivement : la capacité de se ressourcer soi-même à tout moment, en toute autonomie, nous libérant ainsi progressivement de la dépendance à ce que l’environnement pourrait nous apporter.

Quand nous avons goûté à cet espace sacré en Conscience, dans l’intention de prendre soin de notre bien-être et de nos besoins, ce n’est plus la solitude intra-personnelle qui nous gagne, mais bien cette sensation de Paix et d’Harmonie qui s’installe petit à petit.

Cet état n’est accessible que quand on se place dans la Bienveillance et la Générosité envers soi-même.

« La bonne solitude, dit Jacqueline Kelen, auteure française, productrice de France Culture, n’est possible que si l’on a contacté son « noyau d’être », ce qui est indestructible, souverain, inattaquable en soi ».

Michel Quoist, écrivain spirituel, pour sa part, voit dans le fait de s’arrêter, un réel bénéfice pour l’individu : « Si tu veux faire œuvre profonde, mets-toi régulièrement en retrait de l’agitation du monde, arrête-toi et médite ; prends l’habitude de te retirer, afin de fréquenter ces deux très grands maîtres : le Silence et la Solitude ; alors, ton esprit sera tout à fait clair, ton corps pacifié et ton action, régénérée, sera d’une étonnante efficacité ».

La méditation peut être abordée sous une forme nouvelle : par le biais de l'observation de ses sensations intérieures perçues en auto-séance de Reiki, qui facilitent la canalisation du mental.

Ici, point d’individualisme forcené. Juste une rencontre avec son espace de Centrage intérieur, qui permet ensuite de se relier à l’Autre plus naturellement.

Au-delà de la Solitude intra-personnelle, nous pouvons également en tant qu’être humain, être confronté à une sensation de solitude extrême par rapport aux autres, en groupe ; ce sont par exemple,  les moments où nous pouvons nous sentir différents, tellement différents que nous nous coupons de cette sensation d’appartenance au groupe.

Nous avons le choix de notre vision du monde : le Reiki nous propose un moyen de nous sentir reliés les uns aux autres dans le Coeur, unis dans un même élan : celui de la Fraternité, investis dans un mouvement écologique  pour l’humanité, dans lequel chacun fait partie d’un tout indissociable, la Source de toute Création.

Nous sommes libres d’impulser un mouvement qui nous relie aux Autres dans nos choix de vie, ou au contraire de mettre en place des protections qui nous divisent les uns les autres.

Cela nous amène tout naturellement à la question du Choix de ce que nous mettons en place dans notre Vie.

 

La Responsabilité

 

L’approche spirituelle du Reiki est fondée sur le principe que  l’Homme est un être spirituel qui vit une expérience terrestre, et qu'il n’a pour seules limites celles qu’il se donne : cette Philosophie prône le Libre Arbitre et la Liberté d’Etre et de choisir de l'être humain.

Louis Evely écrivain chrétien a écrit à ce sujet ces quelques lignes :

« Des forces secrètes nous animent, dans un dynamisme indicible, dont nous n’avons nulle maîtrise. D’où viennent ces forces  et où nous mènent-elles ? Mystère ! Beau, déroutant et singulier mystère ! Ayons cette audace de nous sentir dépassés et d’autant plus forts que nous sommes vulnérables à ces mystères venus de l’infini et qui nous ouvrent à une dimension d’éternité. »

Dans la pratique du Reiki, nous pouvons nous sentir dépassés, transcendés par la Force de l’énergie vitale qui nous traverse ; les sensations vécues sont proches de ce que décrit Louis Evely avec des mots forcément limités pour décrire un tel phénomène.

Comment trouver un langage suffisamment éloquent pour retranscrire une réalité qui relève bien souvent de l’indicible ?

S’autoriser à croire à la réalité de cette énergie de guérison peut relever du rêve ou de la fiction aux yeux de certains : cette énergie stimule l’être divin en nous, relié à notre Essence profonde, prête à accueillir la Magie de la vie, là où l’âme agit…

« Cette liberté du rêve, l’homme doit avoir l’exigence et le talent de la transformer en actes et en vérité. Ayons l’audace de rêver, d’inventer notre destinée au lieu de nous soumettre à la prétendue force des choses : c’est peut-être cela être libre » nous dit François Garagnon dans son livre Les pensées revigorantes.

Les effets d’une séance énergétique peuvent être inexistants si la personne bénéficiaire ne s’autorise pas à croire à cette réalité et ils peuvent être tout simplement incroyables quand la personne s'ouvre à ses bienfaits.

J’ai l’intime conviction après 25 années d'expérience de la Pratique du Reiki, que nous avons la possibilité de repousser nos limites toujours plus loin, et que nous pouvons à tout moment, réinventer la vie qui nous ressemble vraiment, en amenant les contraintes extérieures à s’ajuster au fur et à mesure.

Cela suppose bien sûr de développer la Foi en soi, en l'Humain, une Foi plus forte que la puissance délétère de l’inconscient collectif, ce qui n’est pas une mince affaire, bien sûr.

J’en fais personnellement l’expérience depuis un bon moment maintenant, ayant en particulier réussi à dépasser cette Polyarthrite douloureuse que j'ai développée à l'âge de 30 ans et dont je suis aujourd'hui réputée guérie.

Sartre m'a beaucoup inspirée à travers les lignes suivantes :

« L’important n’est pas ce qu’on a fait de moi, l’important, c’est ce que je fais, de ce qu’on a fait de moi. »

J’adhère à cette Philosophie de vie, qui nous amène face à notre propre Responsabilité de transformer nos souffrances en ressources potentiellement puissantes, dans le cas de la maladie, en particulier : à chaque fois que nous nous sentons impuissant face à une situation apparemment bloquée, il en va de même.

Le Reiki m’a largement aidée dans ce sens, à me prendre en mains, au lieu de rester dépendante de la chimie « rouleau-compresseur » que le corps médical m’incitait à ingérer inlassablement.

Pour avancer dans ce sens, nous ne pouvons faire l’économie du fait de rester attentifs aux messages de notre corps :

Notre corps parle à travers la maladie, il exprime nos failles et nos imperfections, même s’il existe des facteurs extérieurs à tout celà, qui ne se présentent pas par hasard selon l'angle de vue spirituel.

« La responsabilité implique les épousailles avec soi-même » nous dit Annick de Souzenelle, dans son livre  Le symbolisme du corps humain .

Pour accéder à cette proximité avec soi, encore faut-il bien souvent être accompagné d’une façon soutenante et avoir suffisamment de force, pour ne pas s’écrouler.

C’est cette phase qui a été la plus difficile à traverser pour moi, car cela m’amenait dans les angoisses majeures de Responsabilité et d’Imperfection, associées à la culpabilité et la dévalorisation de moi.

La posture optimale que j’ai identifiée, aussi inaccessible à mettre en place soit-elle à certains moments, réside dans l’engagement à prendre les choses en mains avec suffisamment de lucidité pour accueillir ce qui s’impose d’abord, puis apporter les changements nécessaires, en se donnant le temps de prendre l'ascendant sur les angoisses, au juste rythme.

Le Reiki est un moyen étonnant pour se ressourcer en se prenant personnellement en mains et pour favoriser les prises de conscience les plus appropriées dans le moment présent, harmonisant ainsi sa relation à Soi et à l’Autre.

C’est aussi un moyen pour nous aider à prendre la Responsabilité de soi au niveau global : physique, émotionnel, mental et spirituel.

« Donnez-moi le courage de changer ce que je dois changer, la sérénité d’accepter ce que je ne peux changer et la sagesse de distinguer l’un de l’autre »

implorait Marc Aurèle, en s’adressant aux Dieux, phrase que j’affectionne particulièrement.

Nous sommes humains et par définition faillibles, parfaitement imparfaits et imparfaitement parfaits…

 

L’Imperfection

 

J’ai longtemps été confrontée à mon propre processus d’auto-sabotage, me positionnant pendant toute une période, constamment à l’extérieur de moi-même, pour traquer les défaillances et imperfections de mon être : me conformant aux jugements incessants de mon environnement que j’avais fini par introjecter, je me dévalorisais au quotidien.

La philosophie du Reiki nous enseigne que tout ce qui arrive est juste ou plutôt a sa raison d’être, en accord avec les différentes forces en présence  dans un environnement donné.

La responsabilité de ce qui advient est alors répartie sur un ensemble de forces en co-création : cette conscience peut atténuer notre sensation d’imperfection et la culpabilité associée, quand un imprévu arrive, l’attribuant à la situation globale dans son champ vibratoire et son contexte.

Par ailleurs, la Philosophie du Reiki nous invite à considérer le fait que, si nous avons émis des intentions et apporté de la conscience à une situation, ce qui se met en place est bien souvent ce qui pouvait arriver de mieux, avec ce qui s'impose dans le moment présent.

En nous offrantun bain d’énergie revitalisante, nous en arrivons à ajuster notre regard, arrêtant d’étiqueter les situations et les personnes.

Rien n’apparaît alors comme Bien ou Mal , tout s'avérant être la résultante d’un certain nombre de paramètres et de forces en présence, avec ses avantages et ses inconvénients.

Le Reiki nous invite à regarder l’imperfection autrement, avec un filtre foncièrement positif et bienveillant : nous amenant ainsi à voir ce que la vie nous donne, plutôt que ce qu’elle ne nous  donne pas : la bouteille à moitié pleine, plutôt qu’à moitié vide.

Enfin, le Reiki nous invite à agir, penser et vivre avec notre Cœur, en nous libérant de l’emprise des regards extérieurs et des peurs de notre ego ; alors que ce dernier nous inciterait  à agir selon des critères extérieurs à nous-mêmes, de peur d'être rejeté ou jugé, à faire des choix qui ne nous ressemblent pas.

Imperfection par rapport à qui et à quoi ?

Faisons-nous nos propres choix en fonction de nos propres critères, ou en fonction de ceux des autres ?

L’idée est d’avoir une qualité de Présence à Soi-même suffisante, nous permettant de ressentir ce qui est juste et bon pour Soice qui me fait oui, ou ce qui me fait non, comme disent les canadiens - en tenant compte de l’environnement, bien sûr, mais pas seulement.

Nous sommes alors potentiellement plus à même d’être dans une relation simple et directe avec l’Autre quel qu’il soit.

« Personne n’est sujet à plus de fautes que ceux qui n’agissent que par réflexion » disait Vauvenargues, écrivain philosophe du XVIIIè. On peut assurément agir hors de toute intentionnalité, poursuit-il. Et les actions qui naissent de telles prédispositions sont souvent de belles actions qui nous conduisent beaucoup plus loin que les actes trop savamment calibrés par notre esprit. »

 Nos sociétés occidentales ne favorisent pas ce type d’approche. Car oser sa singularité légitime, savoir se distinguer en affichant tout simplement sa propre personnalité, voilà qui est plus rare que l’on ne croit, dans une société qui tend à tout uniformiser, y compris les désirs et les codes de comportement.  Énonce Proudhon, sociologue du XIXè.

Et si le Sens de la vie avait quelque chose à voir avec tout cela ? Contacter cette liberté inespérée d’être Soi et la déployer en Conscience avec le plus de spontanéité possible ?

  Quête de sens

 

Où vais-je, d’où viens-je ? A quoi bon, cette succession d’actions et de situations si je ne suis pas en capacité d’y mettre de la Conscience et du Sens ?

Cette quête de sens peut s’avérer insoluble, si l’on se cantonne à la sphère matérielle et terrestre ; tout peut nous paraître absurde, dénué de sens.

Car Même lorsque nous prétendons maîtriser notre vie, nous sentons bien que quelque chose nous échappe, se joue de nous, tout en se jouant en nous, et ne peut dépendre de notre seule volonté, aussi tenace soit-elle, énonçait Albert Schweitzer, qui fut théologien, musicien, philosophe et médecin simultanément.

La seule possibilité de donner un sens à son existence, c’est d’élever sa relation naturelle avec le monde à la hauteur d’une relation spirituelle  poursuit-il.

C’est cette double approche terrestre et céleste, que nous propose le Reiki et ses enseignements : avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, favorisant la Conscience que tout est relié à quelque chose de plus grand, à l’univers tout entier.

"Et si le hasard était la forme que prend Dieu pour passer incognito"

Comme le suggère Jean Cocteau ?

Et s'il y avait un grand horloger présent en tout être vivant et perceptible partout dans la Nature, bien différent du Dieu moralisateur que les religions n'ont de cesse d'imposer à l’être humain ?

L’intérieur et l’extérieur des choses font partie d’une même réalité, comme l’écorce et la pulpe d’un même fruit, qui nous amènent jusqu’au noyau…

…Nous ne pouvons appréhender l’intérieur et l’extérieur des choses, qu’en accédant à d’autres domaines, symboliques, tout en restant dans notre univers familier.

suggère Annick de Souzenelle.

 Il est temps d’œuvrer avec une nouvelle Conscience, en reprenant nos clés de compréhension et d’apprendre à ouvrir de nouvelles portes. poursuit-elle.

 Selon elle, L’Homme est le point de rencontre de l’Univers et des Dieux. Il est le point de départ de toutes les vibrations, foyer de réflexion de toutes les résonances…

La vie, loin de se réduire à la fastidieuse répétition du quotidien, se définit comme l’expérience du noyau, c'est-à-dire de notre essence profonde et divine.

Ce n’est qu’au fond du gouffre, à la limite de l’absurde, au Cœur du désespoir, dans cette matrice obscure, que l’Homme peut découvrir ce noyau qui germera et bientôt sera sa dimension divine. 

C’est cette vision élargie du monde que nous pouvons proposer à nos jeunes ; elle est essentielle à qui veut élever son âme en donnant un véritable Sens à sa vie, en s'élevant au niveau de sa Mission d'âme.

Nous sommes libres de donner un Sens à notre vie, de choisir d’embrasser notre liberté intérieure et de la déployer pleinement, en lien avec notre environnement : mettre au monde notre plus belle création, la Vie qui nous ressemble vraiment.

"Se mettre complètement au monde avant de disparaître" pour reprendre l’expression de Michel de M’ Uzan.

Se donner le temps de se déployer, au service de la collectivité et du vivant, avant de nous en retourner à la Source… Ce qui nous amène naturellement à la question de la Mort et de l’angoisse existentielle associée.

 

  La Finitude

 

La pratique du Reiki peut nous laisser entrevoir à certains moments, que l’âme ne disparait pas après la mort clinique. L’angoisse du néant peut prendre alors une tout autre couleur.

Ce qui n’exclut pas l’éventualité de vivre des moments difficiles face à la mort et/ou la fin d’un cycle. Cela peut néanmoins faire évoluer notre état vibratoire en profondeur.

"Vieillir, mûrir, c’est s’ouvrir au temps de l’âme. Quand le corps est moins vigoureux, quand il répond moins à nos désirs, il ne reste pas rien. Il reste l’âme. L’âme c’est ce qui vit en nous et à l’intérieur de chaque chose. On découvre l’âme quand on s’arrête et que l’on écoute. Alors, dans l’immobile et le silence, on entend monter la musique de la vie." écrit Marie de Hennezel.

Si l’on envisage la mort comme faisant partie d’un cycle de Vie-Mort-Vie naturel, comme le propose l’approche bouddhiste, elle s’inscrit dans un ensemble cohérent, prévisible.

Mikao Usui, le père fondateur du Reiki était proche de la philosophie bouddhiste qui enseigne qu’en fin de vie, la mort , puis la renaissance adviennent, dans des cycles successifs, harmonieux,  ininterrompus jusqu’à l’Eveil.

 La relation à la Mort de l'être humain éveillé est alors plus sereine. Car si la mort est vue comme une transition, permettant l’accès à d’autres possibles, elle n’est pas une fin mais seulement un Passage.

 Par ailleurs, la dernière partie de la vie est celle du Lâcher Prise, un thème central pour les praticiens de Reiki assidus.

Certaines personnes âgées sont tournées vers les autres, dans l’acceptation du cours des choses et font encore preuve de curiosité et d’émerveillement envers leurs proches.

Ces dernières sont dans une qualité d’être qui rayonne, qui laisse présager d’une vie évidemment plus épanouie que celles des êtres aigris en fin de vie ; elles offrent une autre énergie à leur entourage et alimentent d'une façon différente l’inconscient collectif.

Plus nous serons de personnes à vieillir en conscience avec du recul sur la vie, plus notre Humanité sera en capacité de transmettre d’autres repères aux jeunes concernant le Sens de la vie et la mort.

Ce Lâcher prise ne consiste pas à tout lâcher , mais juste à cesser de ramer à contre-courant sur un cours d’eau, dont le courant nous entraîne inexorablement vers la vieillesse, puis la Mort.

Pour cela, nous pouvons identifier nos peurs, pour mieux les apprivoiser, puis nous en libérer progressivement ; en Conscience que la vie nous apporte ce dont nous avons besoin, au fur et à mesure, quand nous lui faisons Confiance, en Harmonie avec l’Univers ; si nous vivons en conscience, nous disposerons inévitablement du temps nécessaire pour nous réaliser au mieux, dans notre vie actuelle.

Vivons en Conscience et devenons de plus en plus qui nous sommes, en nous libérant progressivement de ces angoisses-fardeaux qui ont pesé un poids incommensurable, sur l’être humain depuis trop longtemps !

Si nous ne le faisons pas pour nous, faisons le pour nos enfants.

L’Humanité ne pourra qu’en soupirer d’aise : cela laissera le champ libre à toutes les bonnes volontés pour réinventer de nouveaux modèles de sociétés, beaucoup plus propices à l’équité et à l’Harmonie du vivant, que les anciens shémas obsolètes et tellement délétères.

Cette philosophie a été établie par le père fondateur du système Reiki, Mikao Usui,  sur la base des enseignements de l'empereur Meiji.

Selon le Sensei, pratiquer le Reiki impliquait d’adopter une façon de vivre en Conscience, résumée en 5 préceptes allant dans le sens de l’harmonie profondément ancrée en soi.

L'idée est de se les approprier de l’intérieur, plutôt que d’en imprégner son mental.

Ces préceptes qui correspondent à des idéaux de vie, à mettre en place au quotidien progressivement, commencent tous par Juste pour aujourd'hui...

La Conscience orientale de l’époque du début du XXème siècle souligne l'importance du Moment Présent.

En conscience que :
Le Passé n'est plus, même si nous pouvons en tirer des enseignements ;
notre relation à ce Passé peut être pacifiée, dans le Moment Présent.

Le Reiki est une ressource étonnante pour parvenir à panser ses blessures du passé et les réparer.

De la même façon, le Futur n'est pas encore ; tous les possible restent encore accessibles.
Anticiper un peu pour entourer une situation d’harmonie, et laisser ensuite le cours des choses se dérouler en accueillant ce qui s'impose.

« Donnez-moi le Courage de changer ce que je dois changer, la Sérénité d'accepter ce que je ne peux changer et la Sagesse de distinguer l'un de l'Autre »   disait Marc Aurèle s’adressant aux Dieux.

Les 5 idéaux :

Cet idéal nous invite à apprendre à être empli de Reconnaissance envers ce que la Vie nous donne, en regardant la bouteille à moité pleine, plutôt que l’inverse.

Apprendre à être reconnaissant, c'est prendre conscience de tous les bienfaits qui nous entourent et que nous prenions pour acquis, quelquefois, sans les apprécier à leur juste valeur.

Plus nous adoptons ce regard et plus nous attirons  l'Abondance dans notre vie.

Et si nous changions d’angle de vue ?

En regardant chaque épreuve de la vie comme une opportunité d’Enseignement.

Plus nous sommes en capacité d’aborder chaque problème comme Source potentielle d’évolution, plus nous en percevons les bénéfices et moins nous autorisons notre Mental à vouloir tout contrôler.

Il s’agit de vivre le moment présent sans se projeter systématiquement trop en avant dans le futur en gardant Confiance ; de s’abandonner à ce que l'Univers a prévu pour nous,  en co-création avec nos aspirations profondes.

Sous l'emprise de la colère, nous perdons le sens de la réalité.

Nous nous laissons déborder par ce que nous vivons et elle agit directement contre nous.

Notre colère peut avoir sa raison d’être et apporter une valeur ajoutée :

elle exprime des émotions importantes qu’il convient de ne pas bloquer.

Cela dit, quand elle se présente, la forme avec laquelle nous l’exprimons peut faire toute la différence :
Si nous commençons par choisir d'aller crier dans la forêt, ou de taper sur un coussin, au lieu de la projeter sur l’autre d’une façon basiquement réactive, nous pouvons garder une maîtrise suffisante du cours des choses et reprendre notre part de co-Responsabilité dans chaque situation.

L’idée est de savoir se remettre en question pour vivre en harmonie avec les autres.

En cas d’erreur ou de défaillance, savoir reconnaître sa responsabilité est une preuve d’humilité et un gage d’harmonie au quotidien.

Par ailleurs, il s’agit aussi de mettre en cohérence nos actions, nos paroles et nos pensées, en incarnant véritablement ce que nous présentons de nous aux autres.

Il s’agit tout d’abord de respecter toute forme de vie sur notre planète.

L’idée est également de respecter chacun, sans mettre d’étiquette aux comportements, ni aux personnes. En conscience que chacun a son histoire et que tout a potentiellement du sens, même si nous ne cautionnons pas certains agissements.

Plus nous changeons notre regard sur nous-mêmes en acceptant nos imperfections, , plus nous sommes enclins à regarder l’autre avec bienveillance, où qu’il en soit.

Pour finir, l'idée est d'être attentif à sa façon de vivre ces idéaux dans la vie quotidienne et à comment nous nous laissons transformer par eux, au fur et à mesure.

Pour cultiver le Bonheur, vivre ces 5 idéaux de l’intérieur le plus souvent possible, est selon Mikao Usui, « La recette secrète pour inviter le Bonheur ».

Co-créons ensemble un Monde Meilleur,
les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles.

Adresse et contact

2 route d'Herbeville
78580 Maule (Yvelines)
06 23 82 22 82

Copyright © 2021 Les Ambassadeurs du Vivant | Tout droits réservés

lockusercartmagnifiercrossmenuchevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram
X